Ruben Dario

Posté le 11 janvier 2017

S’il est un poète que toute l’Amérique Latine vénère, c’est bien Ruben Dario (1867-1916). Il était Nicaraguayen, mais il a beaucoup voyagé (au Chili, en Argentine, en Colombie, mais aussi en Espagne et en France où il s’installe en 1900) et il a profondément marqué la poésie par un style très personnel et hardi. Il influença de nombreux poètes de son époque.

ruben-dario-1200x1200[1]

Le chant errant

 

Le chanteur va par le monde

souriant à l’humeur vagabonde.

 

Le chanteur va de par la terre

blanc dans la paix rouge dans la guerre.

 

Sur le dos rond de l’éléphant

il parcourt l’Inde en halucinant.

 

En baldaquin et soie fine

il entre au coeur de la Chine.

 

Le voici en automobile à Paris

en sombre gondole à Venise.

 

Dans les pampas et les plaines

sur les pouliches américaines.

 

En canot sur les fleuves du Nord

on le voit à partout à bord,

 

que ce soit en train ou en pleine mer

ou dans un sleeping-car ou sur un steamer.

 

Le dromadaire, vaisseau du désert,

le conduit jusqu’au bout des terres.

 

Il monte sur le traîneau rapide

dans la blancheur des steppes arides,

 

ou dans le silence de cristal

que nous offre l’aurore boréale.

 

Le chanteur va à pied par les prairies

par les champs et les bergeries.

 

Il entre en train à London

et à Jérusalem sur un ânon.

 

Malles et valises en quantité

le chanteur va pour l’humanité.

 

Son chant à deux ailes infinies

nommées éternité et harmonie.

 

https://www.youtube.com/watch?v=oEYAIsd7s8Y

 

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire