Lauren Mendinueta

Posté le 21 avril 2017

Voici un autre poème de Lauren Mendinueta, née en 1977 à Barranquilla.

La tour d’ivoire

Le monde est une tour d’ivoire, en vain

je cherche une porte dans l’arrondi de ses murs.

Je ressemble à une actrice jouant un ivrogne

qui s’efforce de marcher sur une ligne droite

sans zigzaguer. Je n’agis pas en professionnelle

et je n’imagine même pas y réussir,

mais je vais marcher en essayant de suivre la ligne droite.

Parfois je suis face à l’ordinateur et je cherche

toute sorte de choses, depuis chaussures jusqu’à amour.

Et finalement, je trouve tout, parce que le monde est une tour

puis je suis rattrapée par le reste, inévitablement.

Quand je me regarde dans le miroir, je suis surprise

par la banalité de mon visage, et je me dis :

c’est bien d’être aussi commune, ne t’inquiète pas.

Je retourne m’asseoir devant l’ordinateur et je retrouve

toujours les mêmes choses, tout y est, même l’amour.

Et là tapotant sur mon clavier,

j’essaie de comprendre

pourquoi je me sens libre dans la cage de l’oiseau.

4688418[1]

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire