José Ignacio Cabrujas

Posté le 12 octobre 2017

José Ignacio Cabrujas, dramaturge, metteur en scène, acteur, scénariste et auteur de feuilletons de télévision. Il apporte dès ses premières œuvres en 1956 un souffle nouveau sur la scène vénézuélienne et il innovera jusqu’à sa mort en 1995. Voici un extrait de la pièce « Soirée Culturelle » où l’on représente la vie de Christophe Colomb avec une grande dérision.

AMADEUS MAYER (dans le rôle de Christophe Colomb) – Et voilà pourquoi nous nous en allons, attristés par tant de médiocrité. Ne jamais dire que la gloire s’est montré évasive. (il reste sur scène)

COSME – Et puis tu t’en vas.

AMADEUS MAYER – Ne jamais dire que la gloire s’est montré évasive.

COSME – Et puis tu t’en vas.

AMADEUS MAYER – Et je m’en vais. (il reste sur scène)

COSME – Un problème ?

AMADEUS MAYER – Non. C’est bien comme ça, n’est-ce pas ? Ca finit avec «  Ne jamais dire que la gloire s’est montré évasive. »

COSME – Et il s’en va.

AMADEUS MAYER – Et il s’en va.

COSME – Avec une allure de vaincu.

AMADEUS MAYER – C’est comment une allure de vaincu ?

COSME – Comme toi. Tu t’en vas, tout simplement.

AMADEUS MAYER – Je voulais…

COSME – Quoi ?

AMADEUS MAYER – Je ne sais pas. J’avais envie de dire quelque chose. Je sais bien que c’est fini, qu’il s’en va, mais j’avais envie de dire encore quelque chose…

COSME – Mais quoi ?

AMADEUS MAYER – Je ne sais pas… Une espèce de douleur généralisée, comme si c’était un Vendredi saint.

(traduction de Claude Demarigny)

acto_20[1]

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire