Octavio Paz

Posté le 16 mai 2018

Né à Mexico le 31 mars 1914, Octavio Paz est considéré comme le plus grand poète d’Amérique latine et un théoricien hors pair de la littérature. Ambassadeur du Mexique en Inde pendant de longues années, il n’a cessé de confronter la conception occidentale de la création à celle de l’Orient. Il a dirigé Vuelta, la plus importante revue d’Amérique latine et a aussi donné des conférences dans diverses universités d’Europe et d’Amérique. Octavio Paz a reçu le prix Cervantès en 1981 et le prix Nobel de Littérature en 1990. Il est décédé à Mexico en avril 1998.

PRESENT

Sur la réverbération de la pierre

Saline verticale

Bleu violemment pétrifié

La chute continue

Du rideau (au-dehors)

la mer que le soleil assaille

Respire respire

Le sol de brique

La fenêtre la table le lit

Maintenant le bleu se tend s’étend

Soutien

Un coussin rose

Une fille

La robe de cire rouge encore chaude

Les yeux

D’attente non

Mais par la visitation à demi fermés

Elle est pieds nus

Lourd d’argent l’enlace

Rafraîchit son bras sa peau

Sur ses seins vaillants danse le poignard du soleil

Sur son ventre

Eminence imminence

Une ligne de fourmis noires

Vibration

D’un corps une âme une couleur

Du miel brûlé

Le miel noir

A l’incandescence du coquelicot

Le coquelicot noir

Tu ouvres

Les yeux tu es un soleil qui a soif

traduction de Yesé Amory

14614942

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire